Les Minutes de l’Orateur: l’Egypte

orateur

Les Origines Mythiques de la Maçonnerie: l’Egypte

VM, dans le cadre du thème de l’année « Mare Nostrum », je vous propose quelques minutes, les minutes de l’orateur, pour évoquer les origines mythiques des rites maçonniques, méditerranéens, par la force des choses.

A cette occasion, nous verrons les relations étroites des sociétés initiatiques avec la politique, et la religion aux différentes époques.

Au préalable, il nous faut corriger cette interprétation de nos règles ou il serait interdit en loge de « discuter » politique ou religion, car que nous le voulions ou non c’est une constante de notre quotidien.

Aussi convient il de revenir aux textes originaux fondateurs de notre ordre et non à leur interprétation réductrice.

Reprenons les dires et écrits de ceux à l’origine de notre constitution. Deux pasteurs ont eu un rôle déterminant, Jean Théophile Désaguliers, 3ème GM de  la GLUA en 1719, professeur à Oxford, ami de Newton,  membre de la Royal society et le Pasteur Anderson et dont les propos ne peuvent prêter à confusion:

« Qu’aucune brouillerie ou querelle privée ne doit franchir le seuil de la loge, moins encore des querelles à propos de la religion, ou des nations, ou de la politique d’état ; nous, en tant que maçons, étant uniquement de la religion universelle ».

Règle en douze points :

6-LA FRANC-MAÇONNERIE IMPOSE À TOUS SES MEMBRES LE RESPECT DES OPINIONS ET CROYANCES DE QUICONQUE. ELLE LEUR INTERDIT EN SON SEIN TOUTE DISCUSSION OU CONTROVERSE POLITIQUE OU RELIGIEUSE. ELLE EST AINSI UN CENTRE PERMANENT D’UNION FRATERNELLE OU RÉGNE UNE COMPRÉHENSION TOLERANTE ET UNE FRUCTUEUSE HARMONIE ENTRE DES HOMMES QUI, SANS ELLE, SERAIENT RESTES ETRANGERS LES UNS AUX AUTRES.

L’introduction d’un mot « discussion » a dénaturé le message qui est aujourd’hui professé partout. Ce qui n’a pas lieu d’être en loge, c’est la querelle, mais certainement pas de parler de politique ou de religion, car la parole est libre, c’est même le principe fondateur de la maçonnerie : la libre pensée, la liberté de conscience et d’expression.

Citons également le célèbre discours de RAMSAY en 1737, ou il proclamait :

« oui, messieurs, les fameuses fêtes de Céres à Eleusis, d’Isis en Egypte, de Minerve à Athènes, d’Uranie chez les phéniciens, avaient des rapports avec les nôtres. On y célébrait des mystères ou se trouvaient plusieurs vestiges de l’ancienne religion de Noé et des Patriarches »

RAMSAY nous rappelle les origines mythiques de la maçonnerie, références on ne plus méditerranéennes. Permettez moi de reprendre l’expression de Christian Jacq : La Maçonnerie n’est pas née en 1717 à Londres, ce 24 juin 1717 ou 4 loges se réunissent dans une taverne « l’oie et le grill » et élisent le GM Anthony Saher, date pourtant « sacrée » pour de nombreux maçons qui considèrent la GLUA comme la loge mère qui accorde régularité et reconnaissance.

Il faut quand même reconnaître aux Anglais d’avoir élaboré une constitution administrative, à une époque ou la liberté de réunion était restreinte, ou les intellectuels méprisaient le travail manuel et glorifiaient la culture et la science, et ou des hommes étaient fatigués des querelles religieuses, mais la maçonnerie moderne n’est que le produit d’un long processus historique.

La maçonnerie, et en particulier la GLTMF par sa vocation méditerranéenne, est l’héritière naturelle des sociétés à mystères de l’antiquité, des pythagoriciens, des Collegia romaines, du culte de Mithra, des Esséniens (Jésus et Jean baptiste) et du Christianisme, du  compagnonnage au moyen âge pour arriver à  la maçonnerie moderne spéculative, universelle et fraternelle fraternelle.

Commençons donc par quelques minutes sur l’Egypte : Isis, Osiris et la confrérie des bâtisseurs « Der El Medineh »

Rappelons nous de Georges Smith, encore un anglais, était GM du comté de Kent en 1783. Pour lui Osiris et Isis symbolisaient l’être suprême et la nature universelle, représentés par le soleil et la lune.

Quand à Ignaz von Born, que vous connaissez tous, VM d’une loge Autrichienne, conseiller du roi Joseph II, il écrivit un article sur les origines Egyptiennes de la FM Son ami Mozart en fut enthousiasmé et en écrivit le célèbre opéra  « la flûte enchantée », récit d’une initiation maçonnique en Egypte.

Enfin en 1801, on assiste à la création des rites de la tradition Egyptienne, Misraïm et Memphis, ou le VM demande au 2ème surveillant :

« d’ou venez vous ? », ce dernier répond « de la veille Egypte et d’une loge de St Jean, ce qui relie la Maçonnerie à l’Egypte et au Christianisme. »

Je vous rappelle que notre patente du REAA d’Eugène de Beauharnais date de 1805.

Dès le début de la maçonnerie spéculative, les références dans l’art égyptien, en font incontestablement un art royal, qui permet d’échapper à la seconde mort, celle de l’âme, par l’initiation, permettant de comprendre le sens caché des symboles et des écritures sacrées dans la pratique d’un métier manuel.

Le grand archéologue Bernard Bruyère, a d’ailleurs, retrouvé lors des fouilles en 1920 sur le site de DEIR  EL MEDINEH, au sud de la nécropole de Thèbes, le tombeau du « chef des artisans » ou sont gravés les outils et symboles utilisés en FM.

Ce sanctuaire était dédié à la déesse serpent Mertseger, maîtresse du silence que doit respecter l’initié.

D’après une stèle que l’on peut voir au British Museum, le postulant passait une nuit en méditation sur le parvis du temple, ou il y accomplit un vaste examen de conscience et meurt progressivement pour renaître « comme homme nouveau ».

Dans l’ancienne Egypte, le pharaon est considéré comme le représentant des dieux sur terre et Grand Maître d’œuvre de la construction des pyramides et des temples (les plus grands bâtisseurs ont été Kéops, Ramses II…),

Ces monuments ont été érigés par des grands initiés, maîtres d’œuvre et architectes qui étaient appelés « fils de la lumière », en gloire au pharaon.

Il est écrit  à la « gloire du grand architecte des mondes ».

Le pharaon n’était en fait que le plus grand des initiés. Les membres de cette confrérie pouvaient être d’origine modeste, le critère était le mérite et non la naissance, c’est pourquoi nombre de pharaons étaient d’origine modeste, et le pouvoir royal était exclusivement tenus par les initiés.

Les rituels se faisaient dans les tombeaux, qui étaient des lieux de « vie nouvelle », le mot tombeau d’ailleurs était remplacé à cette occasion, par atelier, chacun versait une cotisation, avec un fond commun permettant d’aider un initié en difficulté.

La seule excuse d’absence permise était la maladie.

L’ordre avait un tribunal composé de douze juges et si un initié mourrait, un rite était pratiqué ou l’âme de l’initié montait au ciel et devenait une étoile.

La salle servant de temple était rectangulaire, les sièges portaient le nom des titulaires, comme les chevaliers de la table ronde, qui parcouraient le monde à la recherche du Graal, de la substance de l’immortalité, de même les Egyptiens tentaient de retrouver la vase mystérieux contenant les lymphes d’Osiris, le dieu assassiné et coupé en morceaux que les initiés reconstituaient par leurs rites, d’ou l’expression reprise par Goethe, maçon également, « meurs et deviens ».

Les égyptiens pensaient qu’en chaque homme se trouve une force mystérieuse nommé « Ka » qu’il convient d’épanouir par les rites initiatiques, et qu’il fallait nourrir par des banquets permettant ainsi d’approfondir les vertus de l’art sacré.

Un des plus célèbres maîtres égyptien est Imhotep qui était architecte, médecin et alchimiste, pour qui l’œuvre de la pensée se concrétisait par l’œuvre des mains.

Et l’une des légendes retrouvées dans les temples est celle du maître Neferhotep, maître assassiné, par un ouvrier qui voulait usurper sa fonction.

Déjà, dans l’Egypte pharaonique, ces hommes construisaient leur vie en construisant le temple dans une société initiatique et fraternelle.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close